Rechercher des Articles

Wednesday, February 14, 2018

Le rejet ou la souffrance du coeur

Aujourd'hui c'est la Saint Valentin.

Je me suis dis que pour fêter ce jour exceptionnel qui fait exploser le chiffre d'affaires des fleuristes j'allais écrire un article sur le Rejet.

Le 14 février est l'un des seuls jours de l'année où l'on voit le soir à la sortie des bureaux des files d'attente chez les fleuristes.

C'est aussi le seul jour de l'année où l'on est en "droit" de faire une scène à notre tendre moitié s'il/elle n'a pas appelé de la journée pour souhaiter un "Joyeux Saint Valentin, mon Amour, je t'aime".

C'est probablement le deuxième jour de l'année où l'on ne peut pas trouver une table dans un restaurant sans échapper au super "Menu de la Saint Valentin" (car c'est bien connu en-dehors du 14 février le menu est pourri).

C'est la soirée où vous ne pouvez pas vous pointer au restaurant branchouille du coin sans avoir réserver au préalable une table, le premier jour étant bien entendu le jour où tout le monde est heureux de vivre soit le Jour de l'An (les autres jours sont tellement différents du 31 décembre...).

C'est encore le jour où après les fêtes de fin d'année durant lesquelles tout le monde est encore plus heureux les 24 et 25 décembre en famille et plein de compassion, si vous êtes seul(e) ou célibataire - car oui être seul ne veut pas automatiquement traduire que vous êtes célibataire - vous allez vous sentir encore plus seul(e) et probablement anormal(e) car personne ne vous offre de fleur, de chocolat, même pas un petit message d'amour d'une personne que vous ne connaissez pas.... si ce n'est votre mère (oui mais là ça ne compte pas).

Un prof de yoga m'avait dit une fois "pour être aimé(e) il faut savoir aimer et donner de l'amour".

Pas digne d'un grand philosophe, phrase bateau mais qui signifie tout simplement miroir ô mon miroir si je donne je reçois, je donne donc en espérant recevoir quelque chose. Du coup comment être sur d'être sincère dans sa démarche en donnant de l'amour sans espoir de l'avoir en retour.

Barcelone


Selon Osho c'est la forme la plus pure de l'amour, en revanche elle ne passe pas automatiquement en le donnant aux autres mais en premier lieu à soi même.

Pour aimer il faut donc être égoïste?

Savoir s'aimer et s'apprécier est donc la première chose à faire.

Le rejet est un ressenti extrêmement puissant. L'amour peut vous faire escalader des montagnes, traverser des océans, prendre des décisions sur le vif sans penser aux conséquences, vous fait perdre du poids, vous rend invincible.

ll est tout aussi intéressant de noter que la sensation de rejet a sensiblement les mêmes conséquences.

Personne ne vous aime ici, alors vous plaquez tout pour refaire ce que vous n'avez pas réussi. Vous perdez l'appétit car vous ruminez vos peines et vos échecs. Vous êtes invincible car de toute manière tout le monde s'en fout vous n'avez rien à perdre.

Quand on fête l'amour quelqu'il soit on fête aussi nos échecs.

Souvent les grosses déceptions sont source de plaisir et de réjouissance après avoir passé tous les orages et surmonté tous les murs qu'on ne pensait pas être capable de franchir. Car on ne détruit pas un mur, c'est un raccourci, on l'escalade.

C'est très facile de dire que pour être aimé il faut savoir aimer en retour, ça ne veut rien dire. Si on prend l'amour entre deux êtres, vous pouvez tout donner à quelqu'un par amour dans l'espoir d'avoir la même chose en retour, si cette personne ne vous aime pas, il n'y a rien que vous pourrez changer à ça, si ce n'est de vous compromettre encore et encore et d'être encore plus misérable.

Vous pouvez aussi aimer d'une manière inconditionnelle le chant, mais quoique vous fassiez vous chantez comme une casserole, vous insistez malgré tout car le chant c'est votre vie, votre carrière, votre ambition..... et vous vous retrouvez dans un télé crochet public pour vous faire recaler devant des milliers de spectateurs et accessoirement devenez la risée de l'émission sur un temps donné.

Et pourtant vous l'avez fait avec votre coeur.

Personnellement je pense qu'il serait plus juste de fêter l'équanimité par l'acceptation totale de ce qui est.


La société nous fait vivre les montagnes russes des émotions, les plus connues sont:

1. Noël où vous devez être en famille, même si les autres jours de l'année vous n'avez aucun contact avec vos proches, vos parents, c'est LE jour où vous DEVEZ être attablé autour d'un repas. C'est aussi le jour où vous achetez des cadeaux, car c'est bien connu les cadeaux sont indispensables pour montrer que vous êtes amour et compassion le soir du réveillon.

2. Cette super fête qui nous vient des US soit le "Boxing Day", le jour où tout le monde a besoin de rien mais parce que rien est moins cher qu'hier, une partie de la population va faire la queue devant les magasins, voir y camper la veille pour acheter du RIEN bradé et indispensables à leur survie humaine....

3. La nouvelle année, alors là on frise le ridicule. Soirée la plus chère partout pour rien..... où tout le monde s'aime un peu plus que la soirée du réveillon de Noël.

4. La Saint Valentin où le gentil petit rappel à l'ordre "quoi t'es célibataire?????? oh l'horreur!!".....

Edith Piaf chantait "Sans amour on n'est rien du tout".

Maintenant il faudrait pouvoir donner la définition du mot "amour" ;-)

Bonne Saint Valentin!

Tuesday, January 30, 2018

Le Yoga Commercial superficiel

Le côté superficiel du Yoga

Le Yoga est un objet de mode et comme pour toute bonne semaine de la mode qui se respecte il en faut toujours plus pour définir ce qu'est un "vrai" yogi ou plutôt yogini car bien souvent ce sont les femmes qui sont visées dans les articles peu sérieux de yoga.

En parcourant le web je me suis arrêtée sur le site du très "fameux" Bali spirit qui publiait un article ô combien accrocheur "13 Signes que tu es officiellement un Yogi de Ubud".

Tout comme il est très à la mode de s'adresser à nos futurs élèves en les "tutoyant" par le biais d'article (si toi aussi tu veux changer de vie, viens je t'emmèèèèène), ou encore de les infantiliser en utilisant des termes dignes du Club Dorothée "bonjour les lapinoux/copains/amis/cupcakes, aujourd'hui on va voir une nouvelle posture, youpiiii" ou encore d'utiliser des "quotes" qui n'ont jamais existées "99% practice, 1% théorie dixit Patanjali"....... oui j'ai trouvé cette phrase sur un blog d'un prof de yoga qui enseigne le Yoga tel que transmis par Patanjali - il parle en fait des Séries de l'Ashtanga Yoga.......

Peut être que vous allez pensé que je me suis levée du mauvais pied, j'ai reçu un coup sur la tête et je divague (oui pour le coup mais non je ne divague pas), je suis frustrée ou peut être tout simplement "mais pour qui elle se prend???".

Peu importe, je pense que quand on est sérieux dans sa pratique et dans son enseignement on n'a pas besoin d'ajouter des couches et des couches de complaisance pour "attirer" un public et avoir plus de followers, plus de j'aime et plus de vues. Il faut pouvoir être détaché de tout ça.

Si vous avez quelque chose à transmettre faites le, point. Pas la peine de se mettre en scène avec des sourires superficiels.

Pour revenir à l'article en question il y a quelques points que j'aimerai aborder car au niveau superficiel quand tu nous tiens je dois reconnaître que cet article a énormément raisonné. On peut y lire par exemple :

"A plus d'une occasion au restaurant vous avez certainement ajouté vos propres ingrédients au bol de smoothie commandé ou encore mieux vous avez été cette personne qui peaufine et personnalise elle même son bol de smoothie, au final vous payez deux fois le prix mais ça en valait vraiment la peine!"

Non il n'y a rien de cool à ça, si la carte ne vous plait pas mieux vaut manger chez soi. Pour le serveur vous n'avez pas été un(e) "cool" yogi(ni), juste quelqu'un qui lui fait perdre son temps en discutant des ingrédients proposés qui ne lui conviennent pas... je n'utiliserai pas le mot qui me vient à l'esprit mais dans le genre casse pied c'est la médaille d'or.

"Vous savez exactement quels cafés à Ubud vendent les meilleurs crudités et gâteaux au chocolat végan. Vous connaissez aussi leurs prix, leurs heures d'ouverture et de fermeture, les meilleures places (wtf???), le personnel connait probablement votre nom, vous pensez déjà y retourner pour la deuxième fois aujourd'hui"

Alors là on frôle la paranoïa..... tout d'abord j'ai envie de dire à cette personne qui a écrit l'article "mais achètes toi une vie!!" et c'est limite digne du harcèlement. Si le fait de connaître les meilleurs endroits où s'asseoir dans un café à Ubud prouve que l'on est un "vrai" Yogi de Ubud alors je passe mon tour merci.

"Après avoir descendu Jalan Hanoman, souvent il vous arrive de rentrer chez vous sans comprendre comment vous avez dépensé tout l'argent retiré à l'ATM. Mais oh mon dieu, les vêtements, ces leggings et ce mala et cette glace au chocolat végétalien, sont tout simplement trop bons, je devais les acheter, c'était obligatoire"

On remarque l'importance de la nourriture végétalienne pour bien marquer que cette personne pratique "Ahimsa" (non violence).... en revanche Santosha (contentement), Aparigraha (détachement), Tapas (austérité ou discipline) passent automatiquement à la trappe..... et que dire de tous ces "yogis" que l'on voit porter autour de la taille les superbes belles ceintures en cuir avec plusieurs pochettes, mais le tout avec une glace vegan, dans le fond c'est ça le yoga, un équilibre entre les deux. Je ne mange pas les animaux mais je les porte en sacoche. Amen...

"Vous jetez un coup d'oeil à votre relevé bancaire et vous ne savez pas si vous devez être embarrassé ou fier du fait que vous avez dépensé plus d'argent dans les studios de yoga et les cafés VEGAN que dans votre loyer".

Je dirai non il n'y pas de quoi être fier. C'est clair que si les cours de yoga se limitent au très branché Yoga Barn on paiera le même prix et peut être plus qu'un cours de Yoga parisien dans un lieu branché, venir à Ubud, se taper 12,000 kilomètres pour ne faire que des trucs boho chics à l'autre bout du monde est on ne peut plus superficiel et ne définit certainement pas le Yoga. On est donc encore loin, très loin des Yamas et Niyamas mais je pense qu'à ce niveau ce n'est pas un chapitre qui a été ouvert.

"Vous regardez le lever de soleil de votre scooter presque tous les matins sur le chemin du cours de yoga et passer le savasana à le regarder depuis les fenêtre du studio".

Alors deux points importants. Tout d'abord c'est la photo classique que l'on voit sur Instagram avec une phrase spirituelle qui va bien mais surtout le soleil se lève entre 6 heures et 6h20, idéalement et dans un monde parfait du petit yogi qui tient ses paroles on devrait déjà être sur son tapis et pas sur son scooter à se la raconter..... et Savasana c'est Savasana, si on est allongé sur son tapis et qu'on regarde le soleil alors on n'est pas en Savasana.

"Vous avez un mala différent pour aller avec chacune de vos tenues de yoga".... Pourquoi?
"Lorsque vos amis vous demandent ce que vous avez fait, vous riez et répondez j'ai pris des cours, mangé, échangé avec des amis.... c'est difficile à expliquer, vous devez être sur place pour comprendre".

Pourquoi ne pas dire la vérité, vous avez dépensé votre argent dans des choses superficielles et vides alors que le but premier était la pratique du Yoga. Mission échouée, en revanche vous avez ramené des malas à tout vent et surtout vous avez mangé cru et végétalien pendant un mois, bravo !
Je ne sais pas ce qu'est un "vrai" d'un "faux" yogi.

Dans tous les cas j'ai deux fois plus d'admiration pour ces gens qui se lèvent tous les matins pour pratiquer ne serait ce que 30 minutes avant d'emmener leurs enfants à l'école,  de prendre leurs horaires de 9h à 18 heures, qui courent pour aller chercher les enfants à l'école, font les courses, la bouffe, le ménage, qui trouvent le temps pour vivre leur passion dans une vie que certains pourraient qualifier d'ordinaire. Ce sont eux les vrais héros !

J'ai plus d'admiration pour le (la) prof de yoga qui enchaînent les cours, continuent de se former, ne vend pas son âme aux réseaux sociaux, qui s'occupent de ses remplacements avant de partir à l'autre bout du monde pour se perfectionner, qui sait comment voyager de manière économique, qui sait surtout s'adapter et se contenter de peu. 

Car l'Asie oui c'est beau mais quand on y reste un peu plus d'un mois on s'aperçoit qu'il y a une grande différence entre la carte postale et la réalité. Je suis contente de pouvoir rencontrer ces gens sur ma route, ils sont riches de tout.

Pas le bobo chic qui se barre à l'autre bout de la planète pour aller pratiquer dans des lieux qui n'existent que sur Instagram et qui ne reflètent pas la réalité.

Pas le chômeur "mais qui a cotisé toute sa vie" on s'entend, backpacker qui touche son indemnité mensuelle et qui se tape l'Asie en moto en jurant que la société dans laquelle on vit est pourrie.... mais qui profite pleinement de ses droits sociaux sur le dos des autres qui bossent.

On attire les gens qui nous ressemblent.

Et quand je vois les gens que je connais, avec qui j'échange  et que je fréquente au gré des mes déplacements je me dis que je suis définitivement sur le bon chemin.

Bonne pratique !

Article original publié sur le site de Xandra Yoga

Friday, January 19, 2018

Le démon de Midi se trouve en Thaïlande.....

Ah la Thaïlande.

Ce qui me choque le plus dans ce pays ce sont les hommes. La Thaïlande est un pays où les femmes étrangères ne sont pas regardées comme en étant des proies potentielles ou des sous castes. Ce qui pour le coup est pas mal car on peut porter ce qu'on veut, aucune complainte de ce côté ci!


Moebius - Le Démon de Midi

La Thaïlande est un pays où vous pouvez prendre un bus de l'aéroport pour aller à votre destination et vous retrouvez qu'avec des hommes blancs, la quarantaine passée et ventripotants. Aucun ne vous regardera, ils ne sont pas là pour vous mais pour les Thaïlandaises.

Que ce soit à Chiang Mai, Koh Phangan ou Pattaya (mais bon là vous allez me dire avec Pattaya j'ai touché le fond de la Thaïlande), il n'est pas rare de rencontrer, de voir des hommes blancs, pas vraiment attirants, avec une bière à la main et une jolie Thaïlandaise à leur côté.

Des hommes vieux mariés à des jeune Thaïlandaises.



Des hommes très fiers sur leur moto avec des petites bombes Thaïlandaises.

Il semblerait que tous les hommes désespérés de l'Ouest célibataires, divorcés, "loosers" se retrouvent en Thaïlande pour se refaire une santé, une nouvelle vie. Personne n'en veut chez eux alors ils viennent là où les femmes sont moins regardantes et dans le besoin.

Personnellement ça me choque.

Tous ces hommes le ventre à l'air, vieux et moches, paradent fièrement dans les rues avec leur dulcinée.

On voit ça partout à la plage, dans les restaus, les rues



Au pays des bisounours on appellerait ça de l'amour car l'amour est aveugle bien entendu. Ces femmes redonnent une jeunesse à ces hommes. En plus à en lire le blog d'un deux, les Thaï ou les femmes des Philippines sont plus dociles, ça ne les dérange pas d'être à la maison et de faire la bouffe, le ménage, repasser les fringues, les courses.

Forcément avec une femme qui a de l'éducation et qui souhaite gagner sa vie c'est un plus compliqué j'avoue....

Il y eu un reportage sur un farang qui s'était fait embobiner par sa femme Thaïlandaise en le dépouillant de tous ses biens, on voyait sur l'écran un pauvre monsieur britannique qui se plaignait de comment sa femme l'avait lésé.... une femme rencontrée dans un bordel (okay)... j'ai envie de dire "bravo madame!" elle avait un enfant à nourrir et elle a trouvé le pigeon royal.

A l'arrivée à Bangkok il y avait énormément d'hommes qui voyageait seuls, je ne comprends pas que le gouvernement ne mette pas un frein à tout ça car les jeunes femmes ne sont pas toutes majeures, aujourd'hui à la plage j'ai faillit avoir une crise cardiaque quand j'ai vu un homme de 50 ans avec une gamine jolie comme un coeur qui devait avoir dans les 15 ou 16 ans.... alors vous allez me dire je vois le mal partout peut être qu'ils étaient amis et qu'elle était sans doute majeure....

Et que dire de la pédophilie.... tous ces hommes qui voyagent dans ces pays pour se procurer à bas prix ce qu'ils ne peuvent obtenir dans leur pays. Les agents d'immigration devraient bien le voir à l'arrivée quand même.... je ne comprends pas ce monde....

J'avoue qu'il y a des histoires qui finissent bien, un étranger épouse une Thaïlandaise et ils sont vraiment amoureux, mea culpa ce n'est pas la majorité.

Rarement cependant je vois des jeunes hommes, je ne vois que des vieux qui ont chopé le démon de midi, qui font les fiers en Thaïlande et qui quand ils reviennent au pays se retrouvent tout seul la queue entre les jambes sans plus rien.... avant leur prochain voyage.

C'est d'un triste......